Vieillir en santé : on en parle dans ma pharmacie !

pub_pharma_2014Il n’y a pas d’âge pour prendre soin de sa santé. C’est pourquoi, le Canton de Vaud, le programme cantonal « Ça marche ! », la Société Vaudoise de Pharmacie, Pro Senectute Vaud et l’Association Alzheimer Vaud vous invitent à participer aux ateliers de l’action « Vieillir en santé : on en parle dans ma pharmacie ! ».

Chaque mercredi du mois de mai, découvrez dans les pharmacies participantes un atelier ludique sur un thème actuel de santé, spécifiquement dédié aux seniors et à leurs proches. L’occasion de vous informer auprès de professionnels du domaine et de repartir avec documentation, conseils et astuces pour vous aider à faire les meilleurs choix pour votre santé.

Programme des ateliers:

  • Mercredi 7 mai 2014 – Bien manger pour bien vieillir
  • Mercredi 14 mai 2014 – Bouger pour mieux vieillir
  • Mercredi 21 mai 2014 – Vos médicaments, parlons-en !
  • Mercredi 28 mai 2014 – J’ai la mémoire qui flanche !

Télécharger le flyer de la campagne

Bien manger pour bien vieillir 

bouton_pharma2014_atelier1A la soixantaine, l’alimentation a pour but de maintenir la santé et de prévenir certaines maladies, comme celles cardiovasculaires ou l’ostéoporose notamment. Au-delà de huitante ans, les priorités changent : le problème pour toute une partie de la population n’est plus la suralimentation dont parlent constamment les médias, mais bien la dénutrition. Aujourd’hui, cette problématique touche 5-10% des personnes vivant à domicile et 30-60% des personnes entrant en EMS.

Pourquoi la dénutrition ?

Avec l’âge, l’intérêt pour la viande se perd pour des raisons de goût ou de difficulté de mastication notamment. Les besoins énergétiques restent conséquents, même si parfois ils sont sous-évalués ou que des apports trop faibles sont banalisés. Il convient donc d’adapter l’alimentation en favorisant de petites portions, concentrées en énergie (calories), protéines, vitamines et minéraux. En effet, les besoins énergétiques des personnes âgées en bonne santé sont identiques à ceux des adultes et sont même augmentés lors de maladie chronique ou de fractures.

L’avantage des produits laitiers

Par leur apport en protéines, en calcium et en vitamine D, les produits laitiers offrent une alternative intéressante à la viande, économique aussi au vu de la quantité recommandée pour remplacer une portion de viande dans un repas. Ce d’autant plus que les recommandations en calcium sont aussi élevées pour les personnes âgées que pour les personnes actives (1000 mg/j selon la Société suisse de nutrition).
Parfois, les personnes âgées ont reçu des conseils visant à diminuer les quantités de fromage en vue de faire baisser le cholestérol ou limiter la teneur en sel de leur alimentation, mais il convient de prendre en compte qu’« un choix trop restreint d’aliments peut (…) entraîner un risque de carences » (OFSP, 2012), et qu’au 4ème âge le risque de dénutrition est plus important que la prévention cardio-vasculaire.

Comment « bien manger pour bien vieillir » ?

Avec l’âge, il convient d’accorder la priorité aux points suivants :

Penser à manger chaque jour de la viande ou du poisson, des œufs, du fromage, selon les goûts du tofu, du Quorn ou des légumineuses (lentilles, soja, graines de haricots, pois, fèves) pour leur apport en protéines, nécessaires à la conservation de la masse musculaire
Consommer plusieurs fois par jour des produits laitiers (lait, yogourt, fromages, séré, etc.)
Boire régulièrement et plus que la soif spontanée. L’eau est la boisson indispensable à l’organisme; les thés, tisanes, café, jus de fruits ou de légumes et potages participent également à l’apport hydrique

Bouger pour mieux vieillir

bouton_pharma2014_atelier2Pourquoi et comment pratiquer une activité physique régulière ?

Pratiquer une activité physique modérée et régulière apporte de nombreux bénéfices pour la santé. Ceux-ci sont encore plus évidents chez les seniors :

  • Autonomie et indépendance préservée à plus long terme
  • Maintien de la force musculaire et d’une ossature solide
  • Prévention ou soulagement des douleurs liées à l’arthrose
  • Diminution des risques de maladies cardiovasculaires
  • Prévention de l’apparition de maladies chroniques
  • Diminution de l’essoufflement
  • Diminution du risque de chute
  • Meilleure qualité du sommeil
  • Meilleure gestion du poids corporel
  • Stimulation de la mémoire
  • Meilleur moral et plus grande estime de soi

Contrairement aux idées reçues, la pratique d’un sport intensif n’est pas nécessaire. A tout âge, une activité physique intégrée aux activités de la vie quotidienne peut déjà faire une différence significative, pour autant qu’elle soit pratiquée de manière régulière. Ainsi, toute occasion de bouger est bonne à saisir : se déplacer autant que possible à pied, prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur ou se brosser les dents sur un pied peut contribuer à repousser une entrée en EMS.

Quelles sont les recommandations ?

A tout âge, il est recommandé de pratiquer 30 minutes d’activité physique 5 fois par semaine en étant légèrement essoufflé. Pour commencer, il est tout à fait possible de découper cette durée en tranches de 10 minutes, puis de l’augmenter progressivement.

Pyramide_AP_2014

La régularité va de pair avec la motivation. A chacun de trouver l’activité qui lui fait plaisir et ce, sur le long terme. A garder en tête : tout plus est un mieux !

Vos médicaments, parlons-en !

bouton_pharma2014_atelier3Il n’est pas toujours facile de prendre plusieurs médicaments en parallèle sur le long terme. Vous prenez plusieurs médicaments régulièrement ? Parlez-en à votre pharmacien-ne, celui-ci peut vous aider dans la gestion de votre médication. Il existe entre autres deux outils pour se faciliter la vie : le semainier et l’entretien de polymédication.

Le semainier

Un semainier est une boîte contenant des casiers (1 casier = 1 jour ou 1 moment de la journée) qui permet de trier les médicaments et d’avoir une vue globale de son traitement. Le semainier est souvent accompagné d’une carte de traitement sur laquelle sont inscrits tous les médicaments pris et  leur posologie. Il existe différents types de semainier ; ceux-ci peuvent être achetés en pharmacie.

Quels en sont les avantages ?

  • Avec un semainier, on ne risque pas de ne plus savoir si on a pris ou non les comprimés du matin.
  • La préparation à l’avance du semainier permet de ne pas se retrouver à court de médicaments et d’en recommander à temps.
  • Le risque de se tromper de médicament est fortement diminué.
  • Il est facile de prendre les médicaments pour une journée ou un week-end avec soi.

 

L’entretien de polymédication
Certaines pharmacies proposent des entretiens de polymédication. Ceux-ci sont menés par un-e pharmacien-ne et visent à aider les patient-e-s dans la prise de leurs médicaments. Durant 15 à 25 minutes, l’entretien est organisé sur rendez-vous dans un local séparé et est remboursé par les caisses-maladies sous certaines conditions.

 

J’ai la mémoire qui flanche ! 

bouton_pharma2014_atelier4Il n’est pas normal d’avoir des troubles de la mémoire en avançant dans l’âge, mais ils ne sont pas forcément signes de démence comme la maladie d’Alzheimer. En effet, les troubles de la mémoire peuvent être la conséquence de diverses affections comme la dépression, les troubles hormonaux, la sous-alimentation l’abus d’alcool ou autres.
Un examen spécifique permet d’en savoir plus. Aujourd’hui, il est possible de diagnostiquer une démence à un stade très précoce. C’est une grande chance, non seulement parce que le traitement médicamenteux est plus efficace à ce stade, mais aussi parce que la personne atteinte peut prendre des décisions alors qu’elle a encore sa pleine capacité de discernement ; elle peut aussi participer à la préparation de son avenir et celui de ses proches.

A qui s’adresser ?
En cas de troubles de la mémoire, il convient de s’adresser à son médecin traitant qui effectuera quelques tests pour évaluer le fonctionnement intellectuel. En cas de nécessité, il pourra faire appel à des spécialistes (Centre de la mémoire) qui affineront le diagnostic.
Face aux maladies liées aux troubles de la mémoire, il est important de s’entourer et de demander de l’aide dès que possible. Cette aide peut être notamment demandée à l’Association Alzheimer, aux Centres médicaux-sociaux (CMS) ou aux Centres d’accueil temporaires (CAT).

Peut-on prévenir la maladie d’Alzheimer ?
Personne ne peut se protéger complètement contre la démence, certains facteurs de risque échappant à notre influence. Le risque croît en avançant dans l’âge. On suppose en outre que certains facteurs – pas encore identifiés – peuvent déclencher ou accélérer le processus de dégradation. Cependant, avoir un cerveau sain peut diminuer le risque de développer une démence. Pour cela, il est recommandé de manger sainement, d’entraîner son cerveau, de faire régulièrement de l’exercice et de rester socialement actif.