Adolescent-e-s : bouger plus

Group of teenager support Brazil Soccer Team.

Bien bouger pour les adolescent-e-s

L’adolescence, période charnière entre l’enfance et l’âge adulte, est marquée par de nombreux changements : transformations physiques, psychologiques ou encore émotionnelles viennent ponctuer la vie des jeunes. Durant cette phase, nombreux sont les adolescent-e-s qui, pour diverses raisons, s’éloignent du sport. Or, le maintien d’une activité physique régulière est un aspect considérable pour le bien-être physique et mental des jeunes.

En quoi est-ce important ?

Hormis les nombreuses vertus en termes de santé physique, le mouvement peut avoir un impact positif sur la confiance en soi et la gestion des émotions. Par ailleurs, la pratique d’activités physiques collectives peut offrir aux jeunes l’occasion de développer des relations entre pairs. Ces différents aspects contribuent au bien-être psychique de l’adolescent-e qui traverse une période  de changements.

A quoi faut-il penser ?

Dans une optique de santé, les adolescent-e-s devraient pratiquer, en plus de leurs activités quotidiennes, au moins l’équivalent d’une heure d’activité physique d’intensité modérée à élevée chaque jour.

Il est courant que les adolescent-e-s s’éloignent de leurs activités sportives de loisirs par manque de motivation ou changement de centre d’intérêt. L’entourage peut jouer un rôle important dans le maintien d’un style de vie actif. Il est essentiel d’orienter les jeunes vers des activités qui leur donnent du plaisir, de leur laisser la possibilité de changer d’activités et d’en expérimenter de nouvelles afin de les encourager à pratiquer des loisirs actifs. Une activité sportive structurée en club peut être une manière de garder la motivation et la régularité notamment grâce à l’effet du groupe.

Afin de bénéficier de bienfaits complets, il est recommandé d’avoir des activités physiques variées. Les activités d’endurance stimulent le système cardiovasculaire, les exercices sollicitant le poids du corps comme résistance renforcent de manière adaptée la musculature, alors que des exercices ciblés et variés sous forme de jeux et de sports sont nécessaires pour développer la coordination.

Dans la mesure du possible, les adolescent-e-s devraient éviter de rester inactifs trop longtemps (devant les écrans par exemple) et interrompre l’inactivité même brièvement pour faire de l’exercice au moins toutes les 2 heures.

 

Envie d'en SAVOIR plus ?

Les projets liés à la thématique

Questions fréquentes (FAQ)

Questions

Réponses

L’adolescence étant une période de changements importants tant au niveau physique, psychologique que social, il est possible que les jeunes s’éloignent du sport pour de multiples raisons. Il est important de noter qu’une activité physique suffisante n’est pas atteignable uniquement au travers d’un sport compétitif : il est possible d’être actif au quotidien sans pour autant faire partie d’un club ou d’une association sportive.

La pratique du sport peut changer selon les phases de vie : si durant l’enfance le sport est souvent pratiqué de manière organisé, il est courant qu’à l’adolescence l’activité physique se pratique de façon plus personnelle. Il importe de cultiver chez les jeunes le plaisir de bouger, quelles qu’en soient les modalités. Motiver l’adolescent-e à adopter des comportements actifs au quotidien, comme prendre les escaliers, se déplacer en vélo ou limiter les transports motorisés, est une manière de faire de l’activité physique.

Il est ainsi important de respecter la décision du jeune de quitter le sport pratiqué depuis longtemps si tel est son choix et de l’encourager à trouver son plaisir dans d’autres activités qui lui permettent de maintenir un comportement actif.

Toute pratique sportive entraine une augmentation de la musculature chez l’adolescent-e. Que ce soit au travers du football, du tennis ou encore de la natation, la musculature se développe en fonction de la manière dont elle est sollicitée. Non seulement les mouvements effectués dans les différents sports feront augmenter la masse musculaire, mais ils participeront également au bon développement de la coordination, de l’équilibre et de la souplesse qui sont des aspects tout aussi importants de la condition physique que la force musculaire.

Bien sûr la musculation ciblée apporte ses avantages en termes de condition physique et n’entraîne pas plus de dangers que n’importe quel autre sport, pour autant que celle-ci soit bien encadrée.

C’est souvent dans un but esthétique que les adolescent-e-s conçoivent et attendent de la musculation des résultats rapides. La croissance n’étant pas terminée à cet âge-là, il est déconseillé de pratiquer la musculation avec des charges lourdes et sans accompagnement par un-e professionnel-le : sans connaissances préalables, un-e adolescent-e à la recherche d’esthétique pourrait mal s’entrainer en ciblant uniquement certains muscles à développer. Une telle pratique peut provoquer des déséquilibres entre des groupes musculaires et ne favorise pas le développement complet des aspects de la condition physique autres que la force et le volume musculaire. Un bon conseil pour commencer un travail de musculation à cet âge est de faire des exercices avec le poids de son propre corps ou avec des charges légères en variant le plus possible les types d’exercices et les muscles sollicités. Dans ce contexte, la musculation est même positive car elle participe au développement d’une ossature solide. Cependant, une telle pratique devrait être envisagée comme un entraînement complémentaire à une activité physique principale.

Il est vrai que la pratique de la musculation est souvent associée à la prise de compléments alimentaires. Pourtant ces substances sont souvent inefficaces, voire néfastes pour la santé, mais si certaines sont autorisées lors de compétitions sportives.
Pour les adolescent-e-s, il suffit qu’ils mangent à leur faim, de manière régulière, variée et équilibrée sans se préoccuper des concepts de prise de masse, de régime sec ou autres destinés aux professionnel-le-s de la discipline. (Pour plus d’informations, cf. Bien manger pour les adolescent-e-s, notamment FAQ : Est-ce nécessaire pour un-e adolescent-e qui fait du fitness de consommer des suppléments protéinés et des compléments alimentaires ? )

L’activité physique est un moyen de limiter la prise de poids car elle a un impact sur la dépense énergétique. En tant que telle, la dépense énergétique liée spécifiquement à la pratique d’une activité physique est assez faible si on la compare à la dépense énergétique d’une journée. Cependant, tout exercice physique contribue à augmenter les dépenses énergétiques, certes pendant l’effort mais également pendant les heures qui suivent. De plus, une activité régulière permet une modification de la composition corporelle, c’est-à-dire une masse maigre plus importante (muscle), ce qui a pour effet d’augmenter la dépense énergétique quotidienne. Une personne entraînée a effectivement un métabolisme de base plus élevé, c’est-à-dire que l’énergie que son corps dépense au repos est plus élevée que celle dépensée par une personne qui ne pratique pas d’activité physique.

Il importe toutefois de noter que l’effet sur le poids corporel n’est pas le bénéfice le plus important. Une activité physique régulière a en effet de nombreux bénéfices sur la santé et il est à noter qu’une personne en surpoids physiquement active a moins de risques en termes de santé qu’une personne inactive sans surpoids.

Au contraire, il est clairement reconnu que l’activité physique participe pleinement à une bonne croissance chez les enfants et adolescent-e-s. Il faut toutefois veiller attentivement au bon encadrement des jeunes sportifs/ves de haut niveau pour que leurs entrainements soient en adéquation avec leur stade de croissance et qu’ils n’occasionnent pas de surcharges, tant physiques que psychiques. Pour cela, il importe de prévoir une alimentation adaptée et des périodes de repos suffisantes pour optimiser la récupération. Il est ainsi primordial que les jeunes sportifs/ves de haut niveau soient correctement suivis et encadrés par des professionnel-le-s (entraîneurs/neuses et médecins du sport) conscients des spécificités liées à l’âge.