Enfants : bouger plus

Kids playing outside with hula hoops.

Bien bouger pour les enfants

Le mouvement occupe une place essentielle dans le développement psychomoteur de l’enfant: pour bien grandir, il est important de bouger régulièrement. L’enfance est la période la plus propice à l’apprentissage : les habiletés motrices et la coordination se développent principalement au fil de ces années, c’est pourquoi il est important de favoriser chez l’enfant des expériences motrices et sensorielles aussi nombreuses et variées que possible.

En quoi est-ce important ?

L’enfance est une période optimale pour développer et acquérir des habiletés motrices et des capacités de coordination essentielles tout au long de la vie. Encourager, dès la prime enfance, des activités favorisant le mouvement et le plaisir de bouger permet d’initier chez l’enfant des habitudes favorables à la santé et la construction de comportements de vie actifs sur le long terme.

La pratique d’une activité physique régulière est ainsi essentielle pour développer un répertoire élargi de mouvements, mais également pour favoriser une croissance optimale et des os solides, un sommeil réparateur, une bonne santé cardiovasculaire et un poids corporel sain. Au-delà des bénéfices physiques, l’exercice stimule également les capacités d’apprentissage, favorise la concentration à l’école et contribue à développer une bonne estime de soi. Les différentes disciplines sportives comme les sports collectifs peuvent, par ailleurs, également inculquer certaines valeurs importantes aux enfants telles que le respect de l’adversaire et des règles, la solidarité ou la persévérance.

A quoi faut-il penser ?

L’activité physique de l’enfant englobe les déplacements à pied ou à vélo, les tâches quotidiennes, le jeu, les activités récréatives en famille (promenade en forêt, jeux interactifs,…) et les activités sportives.

Entre 1 et 4 ans, l’enfant devrait pratiquer 3 heures d’activité physique par jour et expérimenter des formes de mouvement aussi variées que possible (courir, sautiller, marcher, sauter, attraper,…). Pour les enfants en âge de scolarité, l’Office fédéral du sport recommande au moins une heure d’activité physique d’intensité moyenne à supérieure par jour en plus des activités quotidiennes.

La variation des activités et des types de mouvements est très importante durant cette période pour un développement optimal des capacités motrices. Ainsi, la diversité des activités, l’expérimentation et le plaisir du mouvement sont à encourager. C’est pourquoi, toute occasion de mouvement est à saisir : aller à pied à l’école, promener le chien, utiliser les escaliers, participer aux cours d’éducation physique, jouer à l’extérieur, intégrer un club de sport ou participer aux manifestations sportives organisées pour les enfants et les familles. Il faut également veiller à limiter un maximum les longues périodes d’activités dites « sédentaires », comme la télévision par exemple. Ces périodes d’inactivité physique devraient être entrecoupées régulièrement par des pauses actives (au moins toutes les deux heures).

Il est ainsi important que des activités favorisant le plaisir du mouvement soient proposées aux enfants dans leurs différents contextes de vie.

Tableau récapitulatif des recommandations en matière d’activité physique et comportements sédentaires (issu du Manuel de référence PAPRICA PETITE ENFANCE, p.9)

Envie d'en SAVOIR plus ?

  • Promotion Santé Suisse
    Visiter le site
  • Hepa
    Visiter le site
  • Activité physique et santé du nourrisson, du tout-petit et de l’enfant d’âge préscolaire : recommandations pour la Suisse
    Visiter le lien
  • Activité physique et santé des enfants et des adolescents : recommandations pour la Suisse
    Visiter le lien
  • Gym Nature
    Visiter le site
  • Jeux et exercices pour parents et enfants
    Visiter le lien
  • PAPRICA
    Visiter le site
  • Comment bouger avec son enfant de 9 à 18 mois
    Visiter le lien
  • Comment bouger avec son enfant de 18 mois à 2 ans et demi
    Visiter le lien
  • Comment bouger avec son enfant de 2 ans et demi à 4 ans
    Visiter le lien
  • Comment bouger avec votre enfant de 4 à 6 ans
    Visiter le lien
  • Société canadienne de physiologie de l'exercice
    Visiter le site
  • Directives canadiennes en matière d'activité physique pour la petite enfance de 0 à 4 ans
    Visiter le lien
  • Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire pour la petite enfance de 0 à 4 ans
    Visiter le lien
  • Directives canadiennes en matière d'activité physique à l'intention des enfants âgés de 5 à 11 ans
    Visiter le lien
  • Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire à l'intention des enfants âgés de 5 à 11 ans
    Visiter le lien

Les projets liés à la thématique

Questions fréquentes (FAQ)

Questions

Réponses

L’activité physique régulière a beaucoup de bienfaits sur la santé physique et mentale. Elle permet, par ailleurs, de développer certaines compétences sociales et nombreuses sont les études mettant en avant un lien positif avec des facteurs influençant l’apprentissage (mémoire, attention et concentration).

La notion de plaisir dans l’activité physique est essentielle. Faire du sport en famille, avec des amis, dans un cadre agréable peut permettre à l’enfant de trouver du plaisir en bougeant. Proposer des activités variées à l’enfant lui permettra de trouver celle dans laquelle il s’amuse le plus. Si l’enfant associe la pratique de l’activité physique au plaisir, et ainsi à une expérience positive, il ancrera plus facilement le mouvement comme habitude de vie et maintiendra ce comportement sur le long terme.

La motivation et le plaisir sont essentiels dans le maintien d’une activité physique régulière sur la durée. Il est donc important de laisser l’enfant faire ses expériences et ses propres choix concernant l’activité qu’il souhaite pratiquer. Beaucoup de clubs de sport proposent gratuitement aux enfants quelques cours ou entraînements d’essai, ce qui leur donne l’occasion de découvrir de nouvelles activités et augmente les chances qu’ils éprouvent du plaisir dans l’une d’elles.

Prendre du temps pour observer son enfant lorsqu’il pratique différentes activités et parler avec lui de son ressenti permettent de l’aider dans son choix.

Le temps passé devant un écran fait partie des activités dites sédentaires, qui correspondent aux activités nécessitant peu de mouvements physiques et ainsi une dépense d’énergie peu élevée voire nulle. Il est recommandé – par la Société suisse de pédiatrie – de ne pas exposer les enfants de moins de 3 ans aux écrans. Pour les enfants de 3 à 4 ans, le temps passé devant un écran quotidiennement devrait être – selon les recommandations de la Société canadienne de pédiatrie – inférieur à 1 heure et de maximum 2 heures pour les enfants de 5 ans et plus.

En plus d’induire un comportement sédentaire, les moments passés devant un écran diminuent le temps à disposition de l’enfant pour jouer, être dehors ou encore pratiquer une activité physique ou artistique. Ainsi, remplacer le temps devant l’écran par des activités moins sédentaires a un impact bénéfique sur la santé et le développement de l’enfant.

Les différences interpersonnelles chez les enfants rendent difficile – voire impossible – l’établissement d’une limite au-delà de laquelle une activité physique devient excessive et dangereuse.

L’entourage d’un enfant qui pratique du sport de façon intensive doit être attentif à certains signaux pouvant indiquer une surcharge.

Le principal indicateur d’une surcharge est l’apparition d’une fatigue chez l’enfant ; il est important d’assurer à l’enfant des temps de récupération suffisants. Par ailleurs, certains changements de comportement ne doivent pas être pris à la légère : un enfant qui se désintéresse de l’école, qui est sujet à un changement d’humeur, qui s’endort davantage en journée, est potentiellement un enfant qui en fait trop. En outre, si l’enfant rencontre des difficultés de croissance ou des problèmes de poids il faut s’en inquiéter. De même, une douleur persistante chez l’enfant ne doit pas être banalisée : s’il est normal qu’un enfant ait parfois quelques courbatures après une séance intensive ou lorsqu’un entraînement fait suite à une longue période d’arrêt, une douleur persistante peut être le signe d’une blessure ou d’un surentraînement.